L’accroissement du volume de données est devenu un phénomène difficile à (re)freiner. Les entreprises et organismes publics doivent désormais instaurer une véritable gouvernance de données. L’objectif à garder en tête est « mieux maîtriser mes données me permet d’optimiser les ressources et d’améliorer la sécurité informatique ».

Devant l’étendu du phénomène, il est parfois difficile de savoir par où commencer.  Avançons pas à pas pour y voir plus clair :

 

La gouvernance de données, qu’est-ce-que c’est ?

La gouvernance de données vise à identifier, connaître et maîtriser les données pour une meilleure exploitation. En identifiant ainsi les rôles et les méthodes de collecte des données, j’améliore considérablement leur fiabilité. Autre point à ne pas négliger: connaître les finalités de ces données, c’est-à-dire savoir pour quoi les données sont utilisées.

 

Les 5 caractéristiques clés de la donnée

La donnée est une denrée dont tout le monde parle, mais quels sont exactement les critères auxquels elle doit répondre?

Disponibilité des données :Les données sont conservées dans le système d’information et accessibles par les utilisateurs, en fonction des droits. Les données doivent être disponible

Utilisabilité des données :Les outils informatiques doivent être facile d’apprentissage et d’usage. Ils doivent être efficients.

Intégrité des données :Les données ne doivent subir aucune altération, destruction ou modification lorsqu’elles sont traitées, conservées ou transmises.

Sécurité des données :L’organisation doit garantir la sécurité de ses données en œuvrant pour une politique de sécurisation. Il faut, donc, vérifier les accès aux informations, tracer les modifications, se protéger des attaques externes, etc…

Confidentialité des données :La confidentialité des données est la protection des communications ou des données stockées contre l’interception et ou la lecture par des personnes non autorisées.

 

Et l’humain dans tout ça ?

Comme dans tous projets touchant l’organisation du travail, la transparence et la communication entre chaque direction-métier reste un élément décisif de réussite et facilitera grandement la mise en œuvre d’une gouvernance de données effective. Le facteur humain reste heureusement primordial.

En parlant d’humain justement, regardons de plus près qui sont les personnes clés dans de telles démarches. On parle de plus en plus de Chief Data Officer (CDO) et de data scientists. Mais qui sont-ils et quelles sont leurs missions ?

Une ou Un CDO est le responsable de la gouvernance de données. Elle ou il est en charge de gérer les données de l’organisation : qualité, sécurité, cohérence, protection des données et dialogue entre chaque direction-métier.

Quant aux data-scientist, ils sont les experts des données de leur organisation. Responsable de la collecte et du traitement des données, ils ont pour mission de les rendre exploitables (format, volume…). Ils analysent ensuite les données afin de détecter des tendances tangibles en fonction de l’activité et de la stratégie de l’entreprise.

La gouvernance de données s’ancre dans les valeurs de l’entreprise, incluant sa culture et son histoire.

 

Boostez votre gouvernance de données grâce à la « Cartographie de données »

Vous l’aurez compris, la gouvernance des données nécessite, avant tout, une bonne connaissance de son patrimoine de données. Pour se faire l’exercice recommandé est de réaliser une cartographie de données, et de la maintenir à jour ! Réaliser une cartographie des données permet de mettre en place rapidement un plan d’action précis et efficace.

 

Focus RGPD

L’intérêt pour la gouvernance de données s’est accru au regard du RGPD entré en application le 25 mai 2018. En effet, ce règlement européen renforce les droits des utilisateurs et les devoirs des organisations quant à la protection des données personnelles.Pour ce faire, les données personnelles doivent être recensées et identifiées à travers un registre des traitements consultable à tout moment par la CNIL. On parle alors de cartographie de données personnelles.

 

Envie d’aller plus loin ? Consulter nos cas d’usage

 

 

Suggestion de lecture