Nous assistons depuis plusieurs années à un véritable boom du numérique dans nos vies, professionnelle et personnelle. Les volumes de données générées et échangées n’ont eu de cesse de croître. Les traitements qui leurs sont appliqués sont de plus en plus complexes. La valeur de certaines données ne cessent de prendre de l’ampleur ce qui met d’autant plus en avant leur vulnérabilité. L’émergence des données ne se fait pas sans heurt, ni sans poser question. Ainsi est apparu le terme d’éthique des données.

Une législation en évolution

La législation en vigueur encadre l’utilisation des données. Mais elle peine à s’adapter à cet univers qui se réinvente tous les jours. Entre l’arrivée massive de l’Intelligence Artificielle, des IoT, l’utilisation massive d’algorithme, les choses bougent sans cesse. Comment légiférer un contexte aussi mouvant, où les technologies évoluent à vitesse grand V ? C’est toute la difficulté de l’exercice.

L’arrivée en 2018 du RGPD, règlement européen sur la protection des données, a permis de donner un cadre juridique sur l’utilisation des données personnelles. C’est une première étape. Mais nombreux sont les acteurs qui se confrontent à la réalité du terrain et aux difficultés à mettre en oeuvre ce texte juridique.

Et la société numérique dans tous ça ?

La société numérique se questionne sur la meilleure manière de protéger la vie privée de ses e-citoyens, sur la façon la plus adaptée de protéger les libertés des internautes que nous sommes. Et ce malgré nos contradictions les plus criantes… Ainsi la notion de l’éthique des données fait son apparition. A chacun de s’interroger sur les principes moraux à appliquer à « la gestion des données » et surtout sur la manière de les mettre en oeuvre.

La conformité des données, une réponse possible ?

S’inscrire dans une démarche de conformité de vos données, cela peut-être une première réponse à cette passionnante question de l’éthique des données. Se référer au cadre juridique, aux normes en vigueur, intégrer une veille technologique (très) active dans ses activités quotidiennes.

Une chose est sûre: Une organisation qui investit aujourd’hui dans la confiance numérique et la prévention des risques cyber a un avantage concurrentiel indéniable et se prépare un avenir plus serein.